Atterrissage en douceur. Immersion immédiate.   {Colombo - Kandy, Sri Lanka}

Après 14 heures de vol, nous atterrissons à Colombo à 8h45. Les formalités de la Douane passées (visas), il nous faut échanger nos euros et dollars contre des roupies sri lankaises. Face à nous, 4 bureaux de change, nous criant tous de venir chez eux. On fait un petit tour de l'histoire, on se renseigne autour de nous, personne ne sait à qui se fier; on choisira donc au hasard !


Le tour des bureaux de change effectué, nous entamons le tour des bureaux de taxi : nous sommes crevées, on vient d'arriver, on ne connait rien des habitudes locales. On choisit donc la facilité (sécurité ?) ; les transports locaux ce sera pour plus tard. Ou pas.

Une petite dame nous glissera bien gentiment que le trajet en bus est 20 fois moins cher. Il n'en fallait pas beaucoup plus pour nous convaincre !

Pour prendre le bus pour la gare, rien de plus facile : sortir de la zone de l'aéroport, passer outre les tûk-tûk sur votre gauche, ne pas les écouter si ils vous disent qu'il n'y a pas de bus, marcher un petit peu, vérifier auprès de quelques passants que la camionette au bout de l'avenue est bien le bus, discuter le prix avec l'accompagnateur avant de monter (100 rps / personne ou sac) et s'installer. Au départ, on a eu du mal à se détendre : on était seules avec le chauffeur... Puis sont arrivées 2-3 personnes. On a alors pu démarrer. 30 secondes plus tard, c'étaientt 4-5-6-7-etc personnes qui nous rejoingnaient. La comionnette (euh, pardon, le bus) était blindée ! Après 1h15 de trajet (assises et avec airco svp), on arrivait à la gare.

Nous avions le choix entre 2 trains Colombo-Kandy : le "normal" partant à 12h35, où les places assises ne nous étaient pas assurées ou le touristique partant 4 heures plus tard, plus cher, mais où les places étaient numérotées.

N'ayant ni envie d'attendre, ni envie de payer pour une attraction touristique, on opta pour le train de 12h35. Sans savoir ce qui nous attendait !


Un petit malin avait filé le bon tuyau aux quelques touristes présents : "la 2ème classe, c'est sur la gauche du quai". Notre wagon était en fait bien évidemment à droite du quai, et donc bien évidemment bondé lorsque l'on s'est rendus compte de la petite blague ! J'aurais mieux fait d'écouter Nounou qui nous avait dégotté des places en 3ème classe mais sur le moment les bancs ne me tentaient guère... Ca aurait pourtant été plus confortable : les wagons étant bondés à notre arrivée, on dût s'asseoir sur nos sacs face aux portes du train. Imaginez 5-6 personnes entassées sur 1 m²... Le voyage allait être long !


En fait, on allait créer malgré nous de l'animation dans le wagon...

Noémie s'était plaint une première fois qu'un homme lui touchait la cheville. Ce à quoi je lui répondis en gros : "Tant que ce n'est que ta cheville... On va pas faire du rififi ici". Quelques temps plus tard, ce n'était plus la cheville, mais le mollet. Une Sri Lankaise remarqua le malaise, en avisa son mari, qui se leva direct pour gifler le mal-appris-poli-etc. On ne se retrouva donc plus à 5-6 mais bien à 8-9 dans notre petit m². Le ton montait. Le gentil monsieur nous rassurait fréquemment d'un "Everything is ok", ce qui ne nous rassurait pas vraiment en fait... On n'a pas trop compris comment ni pourquoi mais après 10 bonnes minutes tout le monde retourna à sa place et le monsieur garda ses mains chez lui pour le reste du trajet. Ca commençait fort !


Au début du voyage, pas de jolis paysages, mais la réalité du pays : des petits villages au sol de poussière et aux maisons en bois où le linge sèche sur les toits.

Puis, les champs. Les céréales, d'abord. Les mini-moissoneuses, les gens qui se rassemblent autour des sacs de grains. Les rhizières ensuite. Les vaches qui s'y promènent ou s'y reposent. Vient alors la forêt, verte et dense. Et finalement, les rhizières en terrasse, les montagnes en arrière plan.

Superbe !

Au milieu du trajet, deux personnes quittant le train nous ont offert leur place (et oui, on ne prend la place de quelqu'un qui s'en va que s'il nous la propose). Assises, il était plus difficile de garder les yeux ouverts pour profiter du paysage. La fatigue fut parfois plus forte que tout !

L'anecdote du jour : les toilettes de la gare de Colombo

Aaaahhhh... Dans chaque pays que l'on visite, il y a à tous les coups une anecdote "toilette" !

Pour le Sri Lanka, ce sera les toilettes de la gare de Colombo ! Avant d'y rentrer, les Sri Lankaises retroussaient leur pantalon... Etrange pensait-on... En fait, il n'y a pas de chasse mais un tuyau d'arrosage qui coule en permanence au sol afin d'évacuer tout ce qui se doit d'être évacué... Je ne vous dit pas ma tête en rentrant en tongs dans des toilettes turques inondées sous quelques cm d'eau...

Date : 26 août 2013



Écrire commentaire

Commentaires : 0