La journée qui ne tourne pas rond   {Kandy - Dambulla - Inamaluwa, Sri Lanka}

Il y a des jours comme cela où l'on a l'impression que quoi que l'on fasse, rien ne tourne rond...

 

Aujourd'hui on quitte Kandy pour Inamaluwa. On prévoit de s'arrêter en chemin visiter le temple du Rocher royal de Dambulla.  


Je redoute toujours un peu les premiers trajets... Je ne connais pas encore le pays, les transports en commun, leurs petites habitudes... On le retrouve où et comment le bus ? On le paye combien ? On l'arrête comment ? Il y a une sonnette ? On tape sur les fenêtres ? On crie sur le chauffeur ? Il y a des arrêts ou on s'arrête là où l'on veut ? ...

Mais ce que j'adore toujours c'est quand 3-4 trajets plus tard, on utilise les transports en commun là-bas avec plus d'aisance qu'ici !

 

Le tûk-tûk nous dépose dans une des gares de bus de Kandy où l'on découvre le bordel redouté... Des bus dans tous les sens, ça crie, ça klaxonne, ... Le chauffeur n'a même pas le temps de nous expliquer où retrouver notre mini-bus...

 

En fait, il y a deux types de bus au Sri-Lanka :

  • Les mini-bus, climatisés, où la plupart des gens ont une place assise. Chez nous, on appellerait ça une camionnette. On y paie sa place et celle de son sac !
  • Les bus, type bus de ramassage scolaire aux USA mais en 2000 fois plus pourris ! On se demande souvent comment ils roulent encore. On arrive parfois à y caser son sac dans "le coffre". On n'y paie donc que sa place, qui n'est généralement pas assise.

Dans tous les bus, un accompagnateur. Il arrivera toujours à se frayer un passage parmi les 50 personnes qui s'entassent au milieu de l'engin pour venir vous faire payer votre ticket. Comme partout (ou presque), il est toujours préférable de vérifier le prix du trajet avant de monter avec un local et l'accompagnateur.

 

On se trouve finalement un mini-bus (ou intercity) (300 rps/pers) qui ne nous fera pas attendre trop longtemps. Au plus on remonte vers le Nord, au plus il fait chaud dehors, au moins la clim fonctionne ! On est donc contentes d'arriver à destination. On se fait remarquer en sortant : je tombe à la renverse sur une dame, Nounou n'arrive pas à sortir avec son sac... Et ça ne les fait pas rire du tout !

 

Il nous faut retourner à pied du centre du village vers le temple. Il fait une chaleur écrasante, on a l'impression que nos sac pèsent 3 tonnes. On envoie ballader chaque tûk-tûk qui nous propose de nous y emmener ! C'est tout de même pas quelques centaines de mêtres qui vont nous tuer ! (quoi que...)

 

On est un peu surprises à l'arrivée... On fait face à un énorme bouddha doré assis sur un bâtiment d'un kitsch impressionnant offerts par les Japonais il n'y a pas si longtemps de cela.

On paie notre entrée (1.500 rps/personne), le dépôt de nos sacs au musée (100 rps/personne), on enlève nos chaussures, on enfile nos chaussettes et on commence l'ascension.

Quelques marches plus tard on se rend compte que l'on a été mal renseignées au musée : on peut en fait monter en chaussures et les laisser juste avant l'entrée au temple... Tant pis. Pas envie de redescendre. On fera donc le tout en chaussettes !


Il nous faut un peu de temps pour y arriver (il n'est que 10h pourtant il fait déjà mourrant) mais arrivées tout là-haut, on fait face à une vue splendide ! On peut même voir le rocher de Sigiriya que l'on visitera demain.

Le temple est composé de 5 grottes dans lesquelles on retrouve différents Bouddha's et autres divinités. Les parois sont généralement peintes et très bien conservées. Il y règne une ambiance particulière : on a l'impression que le temps s'y est arrêté...

On redescend en début d'après-midi. On est en nage (au sens propre), on a les jambes qui flageollent, on oublie donc l'option bon marché qui consistait à attendre un bus au soleil et on s'offre un tûk-tûk pour rejoindre Inamaluwa (700 rps) où j'ai réservé une chambre hier. Ca s'annonce paradisiaque. C'est le coup de coeur du Lonely : l'Ancient Villa Hotel.

... ensemble verdoyant ... charmant ruisseau souvent visité par des éléphants assoiffés ... 5 chambres dans des cottages ... dîner de grillades sous les étoiles près du ruisseau ...

On en rêve en chemin. On retombe sur terre en arrivant.

On est accueillies par ce que l'on appellerait par chez nous "un gros plein de soupe". Cette expression ne faisant pas tant référence à son poids qu'à son enthousiasme et son énergie débordants... Rien que ça, ça m'énerve déjà !

Si les cottages ne sont pas sales, ils ne sont ni des plus propres, ni des plus accueillants. A l'image des proprios, en fait. Il nous manque un drap, une seviette, mais ça c'est du détail.

On veut réserver le barbecue quand il nous annonce que, malgré le panneau publicitaire à l'entrée, il n'y aura pas de barbecue aujourd'hui. Ni demain d'ailleurs. On peut manger du poisson. Ah non, pas de sea fish. Mais bien du taw fish. Au même prix que le précédent, évidemment. On peut manger du poisson, oui. Mais pas dans un rice&curry...

La moutarde comence à monter, là... Ca sent l'embrouille à plein nez... Je vérifie le prix de la chambre qui n'est évidement plus celui discuté au téléphone... 

Là, ça en est trop : on décide finalement de se barrer en stoem' !


Nounou rêve de se baigner. Je ne dirais pas non non-plus, d'ailleurs. On opte donc pour un hôtel, un vrai (l'Eden Garden). Avec piscine ! Et tant pis pour le budget !

On déguste notre plongeon, on rigole de cette drôle de journée, on se pose sur un transat... Et on se fait envahir par les fourmis !

Retour dans la chambre. Douche. Panne d'électricité. Souper. Grenouille qui croasse durant tout le repas. Dodo.

Y'a des jours comme ça où on est contents de se coucher juste pour que se termine vite cette journée où rien ne tournait vraiment rond !

Date : 28 août 2013



Écrire commentaire

Commentaires : 0