BabyNous


Un mois. Trente jours de pur bonheur.

Une naissance

Tellement différente de ce que l'on s'était imaginé mais tellement parfaite. Un travail plus qu'entamé à la maison, une douleur indescriptible, des cris dont les urgentistes parlent encore puis des sages femmes compréhensives et à l'écoute. Leur voix calme et posée, leurs conseils, leurs gestes tendres, leurs caresses réconfortantes. A côté de moi, toujours, ton Papa. Calme et discret mais terriblement efficace. Ses gestes, ses paroles mais surtout ses yeux qui ne cessaient de me réconforter et de m'encourager. A 8h19, ce 6 septembre 2015, nous t'avons mise au monde.

Quelques jours hors du temps

Passés à la maternité, juste ton Papa, toi et moi. Quelques jours à faire connaissance sous le regard toujours bienveillant des sages femmes, invisibles mais disponibles à tout moment. Tu es calme et paisible, blottie en permanence dans nos bras que tu ne veux pas quitter. La fatigue est là mais c'est l'émerveillement qui l'emporte: on dort peu mais on est heureux.

Tu as 72 heures

On rentre à la maison. On a hésité à attendre 24 heures de plus mais l'envie de te montrer ton chez toi est plus forte que tout. Les sages femmes toujours aussi parfaites nous ont rassurés, informés. Celle qui a suivi ma grossesse passera nous rendre visite demain. On vole désormais de nos propres ailes.

Depuis lors

Tu as rencontré ta famille et certains de nos amis. Tu as fait tes premières balades dans la nature mais aussi tes premières virées shopping. On en apprend chaque jour un peu plus sur toi, sur notre nouveau métier de parents. On essaie de décoder tes pleurs, on te câline, on t'observe, on s'émerveille...

Bienvenue dans notre monde, Célestine !

 

Que la passion guide tes pas. Fais les choses à fond avec amour, par envie, par plaisir. Parfois par besoin mais le moins souvent possible par obligation.

 

Que ta force de caractère te permette de maintenir le cap. Donne-toi les moyens d'atteindre tes rêve. Prends le temps d'y arriver mais n'écrase jamais quelqu'un pour y parvenir. Que cette force de caractère te permette aussi d'avoir le courage d'exprimer et de vivre selon tes convictions.

 

Que la curiosité t'habite dès le plus jeune âge. Ouvre grands tes yeux, ton nez, ta bouche, tes mains, ton cœur. Sors ! Bouge ! Va vers les autres ! Apprends leur langue, apprends leur monde, apprends à les connaître, apprends nos différences. Découvre par toi-même l'incroyable richesse de ces échanges !

 

Apprends le plaisir de faire plaisir, le bonheur d'aider les autres, de rendre service.

Respecte-toi, respecte les autres et leurs biens, respecte la nature qui nous entoure.

N'oublie jamais qu'il y a du positif en tout. Cherche-le chaque jour, qu'il soit rose ou gris. Tu apprécieras ainsi à leurs justes valeurs les petits détails qui rendent doux ton quotidien et tu ressortiras grandie de chaque étape plus difficile que te réserve la Vie.

 

Finalement, je te souhaite de ne connaitre que l'Amour. L'Amour d'aimer et d'être aimée.

 

Sois heureuse, ma Célestine d'Amour !

Faire-part : Pitchu (Philippeville). Comme toujours, il était important pour nous de travailler avec des indépendants. On ne peut que vous recommander cette adresse : Heidi est super à l'écoute, elle a ainsi pu dessiner pour Célestine un faire-part unique, correspondant parfaitement à nos envies et pour un prix comparable à ce que l'on trouve sur internet. Le sourire et les petites attentions en plus (Merci pour les Chokotoffs !) ! 



5 commentaires

Tu es mon Everest

Un projet de longue date, une préparation finalement assez courte
Un trek sous-estimé, enjolivé dans le récit des autres
Une ascension commencée en ne visant que le sommet
Persuadée que je pourrais garder le même rythme jusque là

Puis vient le premier col, les premières douleurs
Qui me rappelent qu'une telle beauté se mérite 
Que je n'ai pas entamé une ascension en solitaire
Que mon compagnon de cordée est là pour m'épauler
Et que les porteurs ne demandent qu'à me soulager

Les sherpas nous observent et nous conseillent
Ne pas regarder nos pieds s'aligner lentement l'un devant l'autre
Mais lever les yeux pour admirer l'immensité du paysage
Respirer à pleins poumons 
Profiter de l'instant présent en oubliant un peu la destination

C'est ainsi que l'aventure se poursuit désormais 
Sans trop envier ceux qui semblent ne pas souffrir
Car ces moments plutôt que de nous éloigner nous rapprochent 
Et qu'ils nous permettront d'apprécier un peu plus encore 
Ce jour où nous atteindrons finalement le summum

Tu es mon Everest
Certainement l'une des plus dures
Mais de mes plus belles aventures
De celles dont vous savez en chemin
Qu'elles changeront à tout jamais votre existence ***

Photo : http://www.hdwallpapersinn.com



2 commentaires

Contemplative et heureuse. Mais pas tous les jours.

Cela fait quelques longues semaines qu'on le sait, pas si longtemps que cela que l'on partage ce bonheur avec nos tout proches et je peux maintenant vous l'annoncer : mi-septembre nous serons trois à la maison ! Quand je l'écris, j'ai encore du mal à réaliser ! Papa, Maman et BabyNous... Ça sonne beau mais ça sonne encore drôle à nos "jeunes" oreilles. Heureusement la Nature a pensé à tout : il nous reste encore 6 mois pour nous faire à ces nouveaux mots et toute une vie pour nous parfaire dans notre nouveau boulot... Avec de l'Amour et de l'imagination on arrive à tout !

Je ne suis pas de celles

J'avais envie de partager avec vous cette bonne nouvelle en toute honnêteté et vous avouer qu'elle me comble de bonheur mais parfois aussi de désarroi. Je ne suis pas de ces futures mamans modèles trop heureuses, trop bien dans leur peau, trop bien dans leur corps et trop bien dans leur tête. Non. Je suis juste une femme en proie à plein de changements majeurs dans sa vie qui gère cela certains jours assez bien et certains jours beaucoup moins.

Je m'explique

Dix jours après avoir reçu la plus grosse dose d'Amour que l'on ne m'ait jamais offert ~ notre mariage ~ je recevais la plus belle gifle que l'on ne m'ait jamais mise : à peine rentrée au boulot, on m'annonçait que je n'avais plus d'emploi : un de mes collègues revoyait ses ambitions professionnelles et reprenait mes fonctions. Quant à moi, à leur service H24 depuis 7 ans, il me fallait me trouver un autre poste ~ oui oui ! je devais leur proposer un autre poste ~. Je payais ici, entre autres, des rancœurs entamées une génération plus tôt, de la jalousie très mal placée et un management ne sachant pas manager. S'en suivirent plusieurs semaines infernales où je continuais une descente aux enfers entamée 2 ans auparavant ~ non, je ne me laisse pas facilement abattre ~ un licenciement que je pensais réparateur de tous dégâts et 4 mois d'une interminable traversée de désert intérieur.

Puis un jour vient l'éclaircie

On ne passe pas de la tornade au grand soleil, non. La pluie se fait progressivement moins forte, les nuages s'écartent de temps en temps pour faire place au soleil qui revient de plus en plus souvent, de plus en plus longtemps. Et là, on revit, on renaît. J'ai réellement vécu cela comme une seconde naissance. Je me voyais reprendre le plaisir de voir des gens, je sentais des envies pointer le bout de leur nez, puis les idées réemplir ma petite tête. J'assistais à cela comme j'assiste aujourd'hui au développement de BabyNous, contemplative et heureuse.

Là où le bât blesse

Je suis normalement une femme ~ hyper ~ active, adorant rire et ayant besoin de contacts et d'apprentissages permanents. Je ne tiens pas en place. J'aime sortir de chez moi. J'ai besoin de faire travailler ma tête et mes mains pour me sentir bien. J'ai besoin de travailler pour être heureuse, pour me sentir moi et ainsi pouvoir nous combler nous. Mais aujourd'hui ma vie professionnelle est inexistante et ma vie sociale réduite au strict minimum.

Il y en a de celles pour qui être enceinte serait l'extase tous les jours, moi on se rapproche plus de l'enfer... Si il n'y avait que les boutons sur la tronche, les seins qui tiraillent et les nausées... Il y a en plus l'hypotension. "8/6, pas étonnant que vous soyez fatiguée" m'a dit le médecin. Mais il n'y a rien a faire. Pas de médoc que je puisse prendre. De l'eau, du sel et du repos, beaucoup de repos. Avec une telle tension, je me traîne du matin au soir et du soir au matin. Je passe ma vie entre le lit et le canapé. Je n'essaie même plus de bien m'habiller. Je ne sais plus cuisiner ~ je ne tiens pas debout le temps de la préparation d'un repas ~ je termine rarement une assiette à table ~ mais je suis déjà contente d'avoir pu l'y commencer ~ je n'ai même pas la force de lire un bouquin ou de regarder la télé, j'ai perdu l'envie de coudre, de crocheter ou de bloguer ~ et pas question de me forcer ~. Je ne suis plus capable de rien. Je ne vois donc plus beaucoup de monde, je réponds juste aux invitations de longue date.  Elles me font du bien sur le coup mais je les paie couchée les 48 heures qui suivent.

Alors, oui, parfois je déprime

Et je le dis. J'ai bien conscience que j'ai la chance de vivre ce que je vis, je me le rappelle dès que possible mais je ne vais pas m'inventer une grossesse qui n'est pas la mienne parce que certaines l'ont rêvée ou que d'autres disent que c'est trop bien. Il y a des jours avec et il y a des jours sans. Février était plutôt sans, Mars semble être plus équilibré, le "100% avec" est pour bientôt !

En attendant

Je lui demande de se moquer. Moque-toi de moi, fais-moi rire ! Fais-moi rire pour dédramatiser. Fais-moi rire pour oublier. Fais-moi rire pour ne pas voir passer le temps.

Depuis quelques semaines ~ et pour quelques mois encore ~ je suis devenue sa baleine. Je suis sa baleine qu'il couvre de pâtisseries. Des merveilleux. Des merveilleux qu'il me rapporte amoureusement lorsqu'il passe à la boulangerie. On partage alors une pause, dans le canapé, à ce dire qu'en fait, c'est quand même déjà un peu merveilleux...

Photos : Kit d'annonce de la naissance de BabyNous :)



6 commentaires