Bouger * Sri Lanka


Un concentré de bonheur !   {Sigiryia - Minneryia, Sri Lanka}

Pour éviter les foules et ne pas nous faire surprendre par la chaleur comme hier, nous nous levons plus tôt.


Nous avons décidé de rejoindre Sygirya en bus. Bien que certains chauffeurs de tûk-tûk nous avaient affirmé le contraire, nous rejoignons sans problème le rocher en une quinzaine de minutes pour seulement 20 roupies. Il nous faudra juste marcher un petit peu plus mais la ballade est assez agréable.


Comme à chaque fois, la visite commence par la caisse : 3 900 rs par personne... L'addition fait mal mais on l'oublie dès que l'on rentre dans les jardins...

Il fait encore calme et frais. Je traîne un peu. Je profite. Nounou presse le pas : c'est justement parce qu'il fait encore calme et frais qu'elle voudrait commencer la grimpette sans trop tarder ! Et elle n'a pas vraiment tort... 

A mi-chemin, nous traversons une galerie recouverte de peintures incroyablement colorées et bien conservées. Nous y restons bouche bée...

L'ascension reprend. On monte de moins en moins vite. On s'arrête de plus en plus souvent sous prétexte d'admirer le paysage puis enfin on y est ! On y restera longtemps, assises, sans dire mot, à juste profiter... Profiter de ce bleu et de ce vert à perte de vue. Profiter de ce camaïeu de brun et de rouge sous nos pieds. Profiter de la douceur de l'air. Profiter d'être là, tout simplement...

En descendant du rocher, nous visitons le musée. Quelques infos sur le site, quelques maquettes, quelques objets mais rien de bien intéressant... A ne visiter que parce que l'entrée est comprise dans le prix du ticket de départ !


Le retour à l'hôtel fut plus compliqué que l'aller. Au lieu de suivre les touristes, nous avons cru bon de suivre les locaux pour retrouver les bus... Résultat : plus d'une heure de marche au milieu de nulle part entourrées de gens ne comprenant pas un mot d'anglais pour finalement payer un tûk-tûk pour nous ramener à bon port !


A 14h, nous partons pour le parc de Minneryia, accompagnées d'un chauffeur et d'un guide recommandés par l'hôtel (pour nous deux : 10 500 rs + 2 000 rs de pourboire).


Déception à l'entrée du parc: nous sommes loin d'être seules et les jeep se suivent généralement de près...

La déception sera finalement de courte durée. Notre guide est super sympa, très prévenant et fait régulièrement s'arrêter la voiture pour nous montrer oiseaux, tortues, termitières, buffles ... et éléphants ! Rien à redire non-plus sur notre chauffeur tout aussi sympa, qui nous aura sorti plusieurs fois du pétrin au propre comme au figuré !

On terminera en beauté à quelques mètres à peine d'une famille d'éléphants. Peut-être un peu trop près d'ailleurs... On s'est fait charger par la maman éléphant. Heureusement que notre chauffeur était au taquet !

Le clin d'œil du jour

Pour toi, Adri, une "petite" bestiole rencontrée à Sigiryia !

Date : 29 août 2013



0 commentaires

La journée qui ne tourne pas rond   {Kandy - Dambulla - Inamaluwa, Sri Lanka}

Il y a des jours comme cela où l'on a l'impression que quoi que l'on fasse, rien ne tourne rond...

 

Aujourd'hui on quitte Kandy pour Inamaluwa. On prévoit de s'arrêter en chemin visiter le temple du Rocher royal de Dambulla.  


Je redoute toujours un peu les premiers trajets... Je ne connais pas encore le pays, les transports en commun, leurs petites habitudes... On le retrouve où et comment le bus ? On le paye combien ? On l'arrête comment ? Il y a une sonnette ? On tape sur les fenêtres ? On crie sur le chauffeur ? Il y a des arrêts ou on s'arrête là où l'on veut ? ...

Mais ce que j'adore toujours c'est quand 3-4 trajets plus tard, on utilise les transports en commun là-bas avec plus d'aisance qu'ici !

 

Le tûk-tûk nous dépose dans une des gares de bus de Kandy où l'on découvre le bordel redouté... Des bus dans tous les sens, ça crie, ça klaxonne, ... Le chauffeur n'a même pas le temps de nous expliquer où retrouver notre mini-bus...

 

En fait, il y a deux types de bus au Sri-Lanka :

  • Les mini-bus, climatisés, où la plupart des gens ont une place assise. Chez nous, on appellerait ça une camionnette. On y paie sa place et celle de son sac !
  • Les bus, type bus de ramassage scolaire aux USA mais en 2000 fois plus pourris ! On se demande souvent comment ils roulent encore. On arrive parfois à y caser son sac dans "le coffre". On n'y paie donc que sa place, qui n'est généralement pas assise.

Dans tous les bus, un accompagnateur. Il arrivera toujours à se frayer un passage parmi les 50 personnes qui s'entassent au milieu de l'engin pour venir vous faire payer votre ticket. Comme partout (ou presque), il est toujours préférable de vérifier le prix du trajet avant de monter avec un local et l'accompagnateur.

 

On se trouve finalement un mini-bus (ou intercity) (300 rps/pers) qui ne nous fera pas attendre trop longtemps. Au plus on remonte vers le Nord, au plus il fait chaud dehors, au moins la clim fonctionne ! On est donc contentes d'arriver à destination. On se fait remarquer en sortant : je tombe à la renverse sur une dame, Nounou n'arrive pas à sortir avec son sac... Et ça ne les fait pas rire du tout !

 

Il nous faut retourner à pied du centre du village vers le temple. Il fait une chaleur écrasante, on a l'impression que nos sac pèsent 3 tonnes. On envoie ballader chaque tûk-tûk qui nous propose de nous y emmener ! C'est tout de même pas quelques centaines de mêtres qui vont nous tuer ! (quoi que...)

 

On est un peu surprises à l'arrivée... On fait face à un énorme bouddha doré assis sur un bâtiment d'un kitsch impressionnant offerts par les Japonais il n'y a pas si longtemps de cela.

On paie notre entrée (1.500 rps/personne), le dépôt de nos sacs au musée (100 rps/personne), on enlève nos chaussures, on enfile nos chaussettes et on commence l'ascension.

Quelques marches plus tard on se rend compte que l'on a été mal renseignées au musée : on peut en fait monter en chaussures et les laisser juste avant l'entrée au temple... Tant pis. Pas envie de redescendre. On fera donc le tout en chaussettes !


Il nous faut un peu de temps pour y arriver (il n'est que 10h pourtant il fait déjà mourrant) mais arrivées tout là-haut, on fait face à une vue splendide ! On peut même voir le rocher de Sigiriya que l'on visitera demain.

Le temple est composé de 5 grottes dans lesquelles on retrouve différents Bouddha's et autres divinités. Les parois sont généralement peintes et très bien conservées. Il y règne une ambiance particulière : on a l'impression que le temps s'y est arrêté...

On redescend en début d'après-midi. On est en nage (au sens propre), on a les jambes qui flageollent, on oublie donc l'option bon marché qui consistait à attendre un bus au soleil et on s'offre un tûk-tûk pour rejoindre Inamaluwa (700 rps) où j'ai réservé une chambre hier. Ca s'annonce paradisiaque. C'est le coup de coeur du Lonely : l'Ancient Villa Hotel.

... ensemble verdoyant ... charmant ruisseau souvent visité par des éléphants assoiffés ... 5 chambres dans des cottages ... dîner de grillades sous les étoiles près du ruisseau ...

On en rêve en chemin. On retombe sur terre en arrivant.

On est accueillies par ce que l'on appellerait par chez nous "un gros plein de soupe". Cette expression ne faisant pas tant référence à son poids qu'à son enthousiasme et son énergie débordants... Rien que ça, ça m'énerve déjà !

Si les cottages ne sont pas sales, ils ne sont ni des plus propres, ni des plus accueillants. A l'image des proprios, en fait. Il nous manque un drap, une seviette, mais ça c'est du détail.

On veut réserver le barbecue quand il nous annonce que, malgré le panneau publicitaire à l'entrée, il n'y aura pas de barbecue aujourd'hui. Ni demain d'ailleurs. On peut manger du poisson. Ah non, pas de sea fish. Mais bien du taw fish. Au même prix que le précédent, évidemment. On peut manger du poisson, oui. Mais pas dans un rice&curry...

La moutarde comence à monter, là... Ca sent l'embrouille à plein nez... Je vérifie le prix de la chambre qui n'est évidement plus celui discuté au téléphone... 

Là, ça en est trop : on décide finalement de se barrer en stoem' !


Nounou rêve de se baigner. Je ne dirais pas non non-plus, d'ailleurs. On opte donc pour un hôtel, un vrai (l'Eden Garden). Avec piscine ! Et tant pis pour le budget !

On déguste notre plongeon, on rigole de cette drôle de journée, on se pose sur un transat... Et on se fait envahir par les fourmis !

Retour dans la chambre. Douche. Panne d'électricité. Souper. Grenouille qui croasse durant tout le repas. Dodo.

Y'a des jours comme ça où on est contents de se coucher juste pour que se termine vite cette journée où rien ne tournait vraiment rond !

Date : 28 août 2013



0 commentaires

{Kandy, Sri Lanka}

En bonnes gourmandes que nous sommes, nous commençons cette journée par un super petit déj : oeufs, confitures maison, pain toasté, fruits, ... Rien de tel pour bien commencer la journée !

 

Notre guesthouse n'est pas dans le centre, on en profite donc pour y descendre à pied et faire ainsi plus ample connaisance avec le pays, ses paysages, ses habitants, ...

On démarre des colines vertes où grouillent les singes (le proprio nous rappelera d'ailleurs pour que l'on aille fermer nos fenêtres au risque de voir nos affaires disséminées dehors à notre retour et ce malgré les barreaux). Ici, on marche à droite, il roulent à gauche. Enfin... Une fois à gauche, une fois à droite et souvent au milieu ! Ca klaxonne pour un rien. A toi piéton de faire attention à ta petite personne !

 

Arrivées dans le centre 20 minutes plus tard, nous nous dirigeons directement vers le Temple de la Dent, à côté du Lac (d'ailleurs, si le Lonely trouve la ballade autour du lac agréable, je l'ai plutôt trouvée sale, bruyante et inintéressante...).

On laisse nos chausures à la consigne à l'entrée, on enfile nos chaussettes et on se dirige comme de nombreux autres fidèles vers la fameuse dent. Pas de chance pour nous, nous arrivons en pleine cérémonie. Le temple est bondé, c'est du chacun pour soi mais tous contre les touristes : si chacun se pousse pour gagner un centimètre, tous s'accordent pour ne pas nous laisser avancer... On mettra donc un temps fou à arriver face à cette dent... Sans le savoir ! C'est en fait à la vue des gardes que j'ai compris où on était mais pas le temps de prendre une seule photo : le temps passé face à cette cloche en or est chronométré : quelques secondes par personne, pas plus ! Tout ça pour ça... Forte déception !

On passera le reste de la matinée dans l'enceinte du Temple : petites chapelles par-ci, Boudha's par-là, offrandes à tout va... On se fait petites, on observe, on s'empreigne, ...

Après avoir pique-niqué, on s'est mises à la recherche du fameux bus 644 qui nous conduirait au jardin botanique. Une aventure en soi ! Imaginez 15 bus les uns "derrière" les autres à un arrêt, répétez cela à plusieurs reprises le long d'une même rue, rajoutez le fait que leur destination n'est pas toujours inscrite et que peu de gens comprennent l'anglais ou sont capables de vous répondre et vous comprendrez notre désarroi ! C'est finalement un policier qui nous sauvera en arrêtant un bus pour que l'on puisse monter dedans (bus : 15-20 rps) !


Le jardin botanique est lieu parfait pour flâner ou bouquiner mais ne vaut certainement pas les 6€ qu'ils vous réclament à l'entrée (1.100 rps). Si vous êtes court-temps, ne vous y arrêtez donc pas. Nous, on en a profité pour siester sous le soleil et parcourir nos Lonely... (près des petits arbres que vous voyez ci-dessous d'ailleurs)

L'anecdote du jour : le fromage...

Pour le midi, on a opté pour le Kandy Muslim Hotel recommandé par le Lonely et un délicieux kottu roti with cheese. Le kottu roti est une spécialité locale : des morceux de crêpe qu'ils sautent avec des légumes, de la viande et du fromage si vous le désirez. Comme fromage pas d'Emmental, de Comté, ou autre mais bien du Vache Qui Rit ! Excellent tout de même !

C'est d'ailleurs une adresse que l'on vous recommande (dans la Dalada Vidyia). Ses samossas sont elles aussi délicieuses !

NB : Les hotels ne sont pas toujours des hotels mais peuvent être comme ici de petits restos !

Date: 27 août 2013



0 commentaires

Atterrissage en douceur. Immersion immédiate.   {Colombo - Kandy, Sri Lanka}

Après 14 heures de vol, nous atterrissons à Colombo à 8h45. Les formalités de la Douane passées (visas), il nous faut échanger nos euros et dollars contre des roupies sri lankaises. Face à nous, 4 bureaux de change, nous criant tous de venir chez eux. On fait un petit tour de l'histoire, on se renseigne autour de nous, personne ne sait à qui se fier; on choisira donc au hasard !


Le tour des bureaux de change effectué, nous entamons le tour des bureaux de taxi : nous sommes crevées, on vient d'arriver, on ne connait rien des habitudes locales. On choisit donc la facilité (sécurité ?) ; les transports locaux ce sera pour plus tard. Ou pas.

Une petite dame nous glissera bien gentiment que le trajet en bus est 20 fois moins cher. Il n'en fallait pas beaucoup plus pour nous convaincre !

Pour prendre le bus pour la gare, rien de plus facile : sortir de la zone de l'aéroport, passer outre les tûk-tûk sur votre gauche, ne pas les écouter si ils vous disent qu'il n'y a pas de bus, marcher un petit peu, vérifier auprès de quelques passants que la camionette au bout de l'avenue est bien le bus, discuter le prix avec l'accompagnateur avant de monter (100 rps / personne ou sac) et s'installer. Au départ, on a eu du mal à se détendre : on était seules avec le chauffeur... Puis sont arrivées 2-3 personnes. On a alors pu démarrer. 30 secondes plus tard, c'étaientt 4-5-6-7-etc personnes qui nous rejoingnaient. La comionnette (euh, pardon, le bus) était blindée ! Après 1h15 de trajet (assises et avec airco svp), on arrivait à la gare.

Nous avions le choix entre 2 trains Colombo-Kandy : le "normal" partant à 12h35, où les places assises ne nous étaient pas assurées ou le touristique partant 4 heures plus tard, plus cher, mais où les places étaient numérotées.

N'ayant ni envie d'attendre, ni envie de payer pour une attraction touristique, on opta pour le train de 12h35. Sans savoir ce qui nous attendait !


Un petit malin avait filé le bon tuyau aux quelques touristes présents : "la 2ème classe, c'est sur la gauche du quai". Notre wagon était en fait bien évidemment à droite du quai, et donc bien évidemment bondé lorsque l'on s'est rendus compte de la petite blague ! J'aurais mieux fait d'écouter Nounou qui nous avait dégotté des places en 3ème classe mais sur le moment les bancs ne me tentaient guère... Ca aurait pourtant été plus confortable : les wagons étant bondés à notre arrivée, on dût s'asseoir sur nos sacs face aux portes du train. Imaginez 5-6 personnes entassées sur 1 m²... Le voyage allait être long !


En fait, on allait créer malgré nous de l'animation dans le wagon...

Noémie s'était plaint une première fois qu'un homme lui touchait la cheville. Ce à quoi je lui répondis en gros : "Tant que ce n'est que ta cheville... On va pas faire du rififi ici". Quelques temps plus tard, ce n'était plus la cheville, mais le mollet. Une Sri Lankaise remarqua le malaise, en avisa son mari, qui se leva direct pour gifler le mal-appris-poli-etc. On ne se retrouva donc plus à 5-6 mais bien à 8-9 dans notre petit m². Le ton montait. Le gentil monsieur nous rassurait fréquemment d'un "Everything is ok", ce qui ne nous rassurait pas vraiment en fait... On n'a pas trop compris comment ni pourquoi mais après 10 bonnes minutes tout le monde retourna à sa place et le monsieur garda ses mains chez lui pour le reste du trajet. Ca commençait fort !


Au début du voyage, pas de jolis paysages, mais la réalité du pays : des petits villages au sol de poussière et aux maisons en bois où le linge sèche sur les toits.

Puis, les champs. Les céréales, d'abord. Les mini-moissoneuses, les gens qui se rassemblent autour des sacs de grains. Les rhizières ensuite. Les vaches qui s'y promènent ou s'y reposent. Vient alors la forêt, verte et dense. Et finalement, les rhizières en terrasse, les montagnes en arrière plan.

Superbe !

Au milieu du trajet, deux personnes quittant le train nous ont offert leur place (et oui, on ne prend la place de quelqu'un qui s'en va que s'il nous la propose). Assises, il était plus difficile de garder les yeux ouverts pour profiter du paysage. La fatigue fut parfois plus forte que tout !

L'anecdote du jour : les toilettes de la gare de Colombo

Aaaahhhh... Dans chaque pays que l'on visite, il y a à tous les coups une anecdote "toilette" !

Pour le Sri Lanka, ce sera les toilettes de la gare de Colombo ! Avant d'y rentrer, les Sri Lankaises retroussaient leur pantalon... Etrange pensait-on... En fait, il n'y a pas de chasse mais un tuyau d'arrosage qui coule en permanence au sol afin d'évacuer tout ce qui se doit d'être évacué... Je ne vous dit pas ma tête en rentrant en tongs dans des toilettes turques inondées sous quelques cm d'eau...

Date : 26 août 2013



0 commentaires

C'est parti !   {Sri Lanka}

Je vous reviens sur le trajet d'ici-peu...

Date : 25 août 2013



0 commentaires

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Adri (vendredi, 25 octobre 2013 09:17)

    La suiiiiite!

  • #2

    Éric (samedi, 07 décembre 2013 19:12)

    Très beau récit ,vite la suite